Quelques techniques pour bien observer

 

L’éclairage

Quand vous passez d’un milieu bien éclairé à un endroit obscur, il vous faut un certain temps pour que vos yeux s’accommodent à la réduction de lumière. Ce processus d’adaptation à l’obscurité exige au minimum une vingtaine de minutes. Pendant cette période d’accoutumance, évitez de tourner le regard vers une lumière vive. D’une manière générale, protégez toujours vos yeux d’une lumière excessive.

De nombreux astronomes amateurs se servent de lampes rouges ou mettent un filtre rouge sur leur lampe torche pendant leurs séances d’observation. En effet, toute lumière vive, même quelques secondes, obture vos pupilles. Il vous faut une lumière juste suffisante pour pouvoir lire, pas plus.

 

Évaluation des distances

On mesure les dimensions et les distances dans le ciel en degrés, minutes et secondes. Une main tendue à bout de bras représente une largeur d’environ 20° (du pouce à l’extrémité du petit doigt), distance approximative entre la première et dernière étoile du Grand Chariot dans la constellation de la Grande Ourse. Des distances plus petites peuvent être évaluées, toujours bras tendu, avec le poing (environ 10°) ou la largeur du pouce (environ 2°). Votre poing couvrira la distance entre le baudrier et Rigel dans Orion, et votre pouce vous paraîtra deux fois plus large que la Lune. Lorsque vous maîtriserez cette technique, vous saurez apprécier les distances entre les étoiles.

 

Une bonne température pour votre télescope

Pour les observations effectuées durant les mois d'hiver, il est nécessaire de placer le télescope à l'extérieur au moins une demi-heure avant d'observer. La différence de température joue sur les qualités optiques de l'instrument (turbulence de l'air dans le tube). Le retour de l'instrument à l'intérieur, les optiques se couvrent de buée. Je vous déconseille d'essuyer les optiques ; il faut attendre que miroirs et lentilles sèchent. Vous pourrez enlever plus tard la poussière qui s'y serait déposée avec un petit pinceau très doux.

 

Observer, c’est aussi noter

Quand vous observerez le ciel, prenez des notes. Non seulement cela vous aidera à mémoriser vos observations, mais le fait de noter les détails vous incitera à une observation plus scrupuleuse. Cela permet d’améliorer sa technique. Un carnet suffisamment grand pour faire des dessins et prendre des notes est idéal. Parmi les informations à consigner, incluez la date, l’heure, le grossissement, la météo (excellente, bonne, moyenne ou médiocre), le ou les instruments utilisés et une esquisse de ce que vous avez vu.